jeudi 12 février 2015

Nous sommes de la boue qui marche - Brigitte Mondy

Editions Baudelaire
140 pages
14.00 euros
Lettres de Robert Pensa.

Résumé


À travers les lettres adressées à sa famille et en particulier à sa sœur Renée, mon grand-père nous emmène tour à tour dans les villages occupés, sur le champ de bataille ou à l’arrière des lignes ennemies.
C'est un jeune homme de 20 ans qui découvre un autre monde : la vie communautaire, les privations et le manque de liberté. Deux années durant, pour tenir le coup, il écrit et raconte sa vie au rythme des assauts et des accalmies, les tranchées, la joie des belles rencontres et la tristesse des grandes pertes.
En février 1916, il est grièvement blessé et abandonné sur le champ de bataille à Douaumont. Des courriers de ses supérieurs informent ses parents que, faute de brancards, le jeune soldat n’a pu être secouru…
Mon avis
Je remercie les éditions Baudelaire, ma nouvelle maison d'édition partenaire, pour cet envoi en service presse. 
C'est un petit livre qui change de mes lectures habituelles. En effet, il s'agit d'une correspondance épistolaire entre un jeune fils parti à la guerre en 1914 et ses parents ainsi que ses sœurs. On suit l'évolution du conflit à travers ses lettres, les moments difficiles, les accalmies.. C'est une autre façon de découvrir l'horreur de cette guerre, les horribles années qu'ont passé les soldats, dans les tranchées, à se battre pour nous. 
J'ai trouvé Robert très courageux, malgré tout ce qu'il traverse il ne se plaint que très peu, on ressent également dans son courrier l'amour qu'il porte à ses sœurs, à sa mère ainsi qu'a son père. Je l'ai trouvé très touchant. C'est un livre très court, mais j'ai passé un très bon moment. J'aime beaucoup les récits qui font allusion à l'histoire, et encore plus les témoignages et les histoires vraies. Ce livre ne pouvait donc que me plaire.
C'est une autre façon d'aborder cette guerre. On y découvre pas seulement assauts français/allemands, mais plutôt la vie quotidienne des soldats. L'enfer dans lequel ils vivaient avec la boue, les rats, les morts, la sous alimentation. Personne ne devrait devoir vivre ça. Personne. Il y a également le peu de considération qu'avaient certains civils pour eux à l'époque. Car, même si aujourd'hui les "Poilus" sont considérés comme des héros nationaux, ce n'était pas toujours le cas à l'époque. J'ai d'ailleurs appris que certaines personnes allaient même jusqu'à dire qu'ils étaient fait pour ça (pour la guerre, pour la crasse..) ce qui m'a profondément choquée. On s'habitue certes à l'horreur, mais on ne s'y fait jamais vraiment. 
J'ai vraiment ressenti à travers ces lettres le "ras le bol" des soldats, après cette guerre si longue et si douloureuse. Tous souhaitaient la paix, retrouver leur familles, et en sortir vivant, enfin. Plus j'en lisais, plus ce "ras le bol" devenait palpable. Et l'espoir, lui, diminuait chez certains. Mais pas chez Robert, et j'ai trouvé ça admirable. 
Je trouve que ce genre de témoignages est très important aujourd'hui pour qu'on se souvienne, car ils sont de nos jours de plus en plus rares. Il faut faire durer ces souvenirs pour empêcher la reproduction de tels actes à l'avenir. La seule chose que j'ai regrettée, c'est qu'on ai beaucoup de lettres de Robert, mais très peu de sa famille. J'aurai aimé aussi lire les réponses de la mère de Robert, Pauline, ainsi que celle de sa sœur Renée, afin d'en apprendre plus sur la vie quotidienne des civils, qui m’intéresse également. 
Pour conclure, c'était une agréable lecture, riche en émotion. Je voudrai remercier Brigitte Mondy d'avoir donné l'accès aux public au lettres de son grand père, car ces témoignages occupent une grande place dans l'histoire et le devoir de mémoire. Je conseille ce livre à tous.

Ma note : 8/10 (Bonne lecture)


8 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout mais je le note ! Merci pour ton avis !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, je suis heureuse de t'avoir donnée envie :3

      Supprimer
  2. Ce n'est pas mon genre de lecture mais tu as réussi à faire passer quelque chose avec ta chronique et ça a attisé ma curiosité ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira si par hasard tu le lis :)

      Supprimer
  3. Très beau résumé. Ca donne envie de le lire

    RépondreSupprimer
  4. L'épistolaire m'attire beaucoup, mais l'époque historique me rebute un peu (j'aime autant la Seconde Guerre Mondiale que la Première me déplait...) donc je ne pense pas le lire.
    Tant mieux s'il t'a plu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère aussi la seconde guerre mondiale.

      Supprimer